echo '';
Actualités

Un manque à gagner estimé à 500 millions d’euros côté espagnol

Un manque à gagner estimé à 500 millions d'euros côté espagnol

Les répercussions de l’exclusion des ports espagnols de l’opération « Marhaba 2021 » s’enchaînent. Les entreprises espagnoles ont ainsi protesté contre cette décision marocaine, qu’elles ont considérée comme un « revers économique » pour cette saison estivale qui coïncide avec la baisse continue des touristes en raison de la pandémie du Covid-19. 

Ainsi, des entreprises espagnoles ont confirmé que la décision du Maroc d’exclure les ports espagnols de cette opération d’envergure qui permet à des millions de Marocains de rentrer au pays « a eu un impact économique grave », en particulier dans les zones par lesquelles transite la communauté marocaine dont le nombre s’élève à près de trois millions de personnes.

Les pertes économiques des entreprises espagnoles touchées par cette décision ont été estimées à 500 millions d’euros par le quotidien espagnol « El Mundo« , en particulier dans les zones qui connaissent une dynamique suite justement à l’opération « Marhaba« .

Les chefs d’entreprise espagnols ont reconnu qu’il s’agissait d’un « coup dur » pour les villes qui constituent le lien entre l’Europe et l’Afrique. Rien qu’au port d’Almeria, plus d’un demi-million de passagers étaient attendus, précisent-ils.

Selon José Ignacio Landalos, maire d’Algésiras qui s’est confié au journal espagnol, la maintenance a été réalisée cette année pour que le port puisse accueillir et assurer le transfert des voyageurs vers l’Afrique du Nord, dans le respect des conditions de sécurité sanitaire pour prévenir la propagation du virus.

« Nous avons espéré, d’une manière ou d’une autre, que l’opération Marhaba se fasse par les ports espagnols. Mais avec l’argument qu’ils ont avancé et qui est lié à des questions sanitaire, nous n’avons d’autre choix que de l’accepter … nous espérons au moins que les voyageurs reviendront en Europe, via notre port », a-t-il souligné.

Le port d’Almeria est le deuxième d’Espagne en termes de membres de la communauté marocaine résidant en Europe. L’été 2019, le port a connu le transit de plus de 580.000 passagers via le terminal maritime (une augmentation de 4,2% par rapport à l’année 2018), et plus plus de 130.000 véhicules.

Les médias ibériques ont indiqué qu’à la commune de Motril, dans le sud de l’Espagne, une perte de 20 millions d’euros est attendue du fait de l’annulation de l’opération Marhaba 2021 puisqu’il s’agit de l’activité économique qui a le plus d’impact sur la ville. Cela impactera fortement les ports d’Algésiras, Tarifa, Malaga, Motril, Almeria, Alicante, Sebta et Melilla.

Manuel Piedra, président de l’Association des services portuaires d’Algésiras, a déclaré que cette décision signifie « une perte de millions d’euros » pour un groupe d’entreprises travaillant dans les services liés à l’activité de l’opération Marhaba, notant que « chaque arrêt d’un navire dans un port espagnol génère des revenus de milliers d’euros dans de nombreux secteurs« .

Faisant observer que les « questions politiques » sont quelque peu liées à cette décision, il a ajouté qu’ » il y avait une bonne perspective cette année. Nous pensions que l’opération de transit reviendrait à la normale … pas comme avant la pandémie, d’une manière ou d’une autre« .

Il convient de rappeler que les autorités marocaines avaient annoncé que le retour des citoyens marocains vivant à l’étranger au Maroc, par voie maritime, se ferait à partir des mêmes points de transit maritime qui ont été mis en place au cours de l’année écoulée, c’est-à-dire exclusivement à partir des ports de Sète en France et de Gênes en Italie.

Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans Actualités

Share This Post