echo '';
France

Temps de trajet, tarif, restauration à bord… Le projet de Railcoop en bonne voie pour 2022

Illustration train en gare — PATRICK GELY/SIPA
  • Cette coopérative se lance sur le marché ferroviaire grâce à l’ouverture à la concurrence.
  • L’un de ses premiers projets est de relancer la ligne de train Bordeaux-Lyon, abandonnée par la SNCF en 2014.
  • Railcoop pense proposer un tarif situé entre 37 et 40 euros pour le trajet complet.

L’objectif est de ressusciter la ligne de train Bordeaux-Lyon abandonnée en 2014 par la SNCF. Et pour cela,
la coopérative Railcoop, qui débarque sur le marché du
ferroviaire grâce à l’ouverture à la concurrence, vient de franchir une étape importante. Elle a en effet réuni le capital social d’1,5 millions d’euros, nécessaire à l’obtention de la licence ferroviaire, qui doit être délivrée par l’ART, Autorité de régulation des
transports. « Nous avons aussi obtenu une assurance couvrant les risques voyageurs, ce qui n’était pas une mince affaire » glisse le président de Railcoop, Dominique Guerrée, contacté par 20Minutes.

Projet de ligne ferroviaire Bordeaux-Lyon
Projet de ligne ferroviaire Bordeaux-Lyon – 20Minutes

Prochaine étape pour cette coopérative créée en 2019, et qui réunit désormais 6.600 sociétaires, l’obtention du certificat de sécurité auprès de l’EPSF, l’Etablissement public de la sécurité ferroviaire. « Un dossier également très complexe » prévient Dominique Guerrée.

Restauration à bord « de qualité »

Mais Railcoop est confiant, et pense pouvoir assurer son premier trajet dès juin 2022. Neuf arrêts seraient programmés entre Bordeaux et Lyon, dont Libourne, Périgueux et Limoges. L’objectif de départ de tenir un temps de trajet sous la barre des 7 heures, ne sera en revanche pas possible. « SNCF Réseau ne pourra pas nous offrir le service qu’on espérait, si bien qu’on sera plus sur un temps de trajet autour de 7h30 » regrette Dominique Guerrée. « Mais ce sera perfectible et on essaiera de travailler ces horaires. » Par ailleurs, « on ne pourra pas non plus faire circuler de train la nuit, pas dans un premier temps en tout cas. » Pour démarrer, il est prévu un départ le matin dans chaque sens et un départ l’après-midi dans chaque sens.

L’offre commerciale est en préparation, « mais on se situera entre 37 et 40 euros pour le trajet complet. » C’est un tarif « évolutif » en fonction des services complémentaires, « notamment les repas à bord (plateaux-repas, services à la place…) que nous allons travailler avec des restaurateurs locaux pour avoir une certaine qualité de produits. » Il y aura aussi « un service de vélos embarqués, et on travaille sur la connectivité à bord, et l’animation pour les familles et les enfants pendant les périodes de vacances. »

Matériel d’occasion

Le matériel, d’occasion, sera acheté directement auprès de la SNCF et des régions, notamment Auvergne-Rhône-Alpes qui participera financièrement au projet, sans pour autant entrer au capital de la coopérative.

Très intéressées par ce projet à but non lucratif, une dizaine de collectivités ont fait, elles, le choix d’entrer au capital de Railcoop. « Le but n’est pas de faire du profit, mais du service, et de réinvestir les bénéfices dans l’entreprise » assure Dominique Guerrée.

Railcoop a déjà manifesté son ambition pour exploiter deux autres lignes ferroviaires de voyageurs pour 2023 : Toulouse-Rennes et Lyon Part Dieu-Thionville.

Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans France

Share This Post