echo '';
Actualités

Sans accord sur le dossier des transferts, les médecins du public en sit-in ouvert

Sans accord sur le dossier des transferts, les médecins du public en sit-in ouvert

Nouveau débrayage chez les médecins du secteur public de la ville de Fès à cause de la suspension des mutations et transferts des  médecins par la Direction régionale du ministère de la Santé. Ainsi, et pour laisser place « aux initiatives menant à la résolution de cette crise de communication » entre les deux parties, le bureau national du Syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP) a annoncé un sit-in ouvert, ce lundi 12 juillet, à l’intérieur de la direction régionale. Détails. 

Dans le secteur public, plusieurs médecins ont d’ores et déjà demandé leur transfert du milieu urbain vers le rural, ou vice-versa. Cela dit, cette opération de transfert et en stand-by depuis des années, nous affirme Dr. El Mountadar Alaoui, secrétaire général national du SIMSP, malgré le fait  » qu’il s’agit de demandes légitimes ayant été acceptées par le ministère de la Santé, mais dont le bénéficiaire ne peut jouir complètement vu la condition de la disponibilité d’un remplaçant ».

En effet, le blocage du transfert ou de la mutation des médecins, dont la demande a été acceptée, revient au manque de remplaçants vu la pénurie de médecins dont souffre le secteur de la santé publique au Maroc.

À la date du 17 juin dernier, le bureau national du Syndicat indépendant des médecins du secteur public au Maroc (SIMSP) a adressé une lettre au ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, avec comme demande urgente « la résolution définitive du problème de mutation avec la levée de la condition du remplaçant ». Une demande qui n’a pas trouvé suite, à en croire les organisateurs du sit-in annoncé ce lundi par le syndicat, qui intervient après celui des 29 et 30 juin dernier devant la même direction.

En annonçant le sit-in, le bureau national du SIMSP appelle l’administration régionale à fixer une date pour une réunion urgente en présence du directeur régional de la santé, et tous les administrateurs et responsables des ressources humaines.

Tout en proposant la résolution de cette crise de transfert dans le cadre d’un partenariat entre le syndicat et l’administration centrale, le bureau national du SIMSP menace que dans le cas contraire, il considérera la direction régionale comme étant une partie du problème.

D’autre part, le syndicat avance « ouvrir la voie à toutes les initiatives en vue de la réalisation des droits des personnes affectées, qui n’ont pas pu bénéficier de leur transfert malgré la note ministérielle n°13104 du 24 août 202« .

In fine, le bureau national du syndicat, qui met en garde contre la détérioration de la situation, indique que le sit-in ouvert organisé ce lundi 12 juillet ne prendra fin qu’avec le transfert du dernier médecin impacté par cette décision.

Il tient également la direction régionale de la santé pleinement responsable de cette nouvelle escalade intervenue suite à la non-délivrance aux médecins concernés, de leurs documents administratifs attestant de la décision ministérielle nominative de leur transfert.

Au vu de la pénurie de médecins dans le milieu rural et leur concentration dans les grandes villes du Royaume, Hespress Fr a soulevé auprès de Dr Alaoui la question des demandes de transfert et s’il se fait uniquement du milieu rural vers le milieu urbain ?

Le SG du SIMSP nous répond par un « Non » catégorique , « vu qu’il y a beaucoup de médecins, femmes et hommes, qui veulent rejoindre leurs époux(se) dans leurs villes natales, notamment des petites provinces ».

Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans Actualités

Share This Post