Actualités

Ramid : L’Espagne doit savoir que sous-estimer le Maroc se paye cher

Ramid : L’Espagne doit savoir que sous-estimer le Maroc se paye cher

Après ce qui est désormais appelé la «crise migratoire» entre Rabat et Madrid, le ministre d’Etat en charge des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement, Mustapha Ramid est revenu sur la genèse de ce problème, «né d’une attitude irréfléchie et une décision irresponsable dont l’Espagne doit aujourd’hui assumer les conséquences».

Dans un post Facebook, le dirigeant PJDiste affirme que «la décision de l’Espagne d’accueillir sur ses terres le chef du groupe armé du polisario, et de l’hospitaliser dans l’une de ses structures sous une fausse identité, sans égard pour le bon voisinage qui suppose et nécessite coordination et concertation, ou du moins +information+, est une mesure imprudente, irresponsable et totalement inacceptable».

« Qu’attendait l’Espagne du Maroc, quand il voit son voisin héberger le chef d’un groupe séparatiste qui a pris les armes contre le Royaume? Qu’aurait perdu l’Espagne si elle avait pris les mesures nécessaires dans de tels cas, pour informer le Maroc et recueillir son point de vue sur le fait d’héberger un ennemi de son intégrité territoriale? Pourquoi l’Espagne n’a-t-elle pas révélé la présence de Brahim Ghali sur son sol sous sa véritable identité? N’est-ce pas là la preuve qu’elle est certaine que ce qu’elle a fait n’est pas conforme aux normes de bon voisinage? Et si le Maroc faisait ce que l’Espagne a fait?», s’interroge Ramid.

Il poursuit en ce sens qu’il est «clair que l’Espagne a préféré sa relation avec le polisario et son mentor l’Algérie, à sa relation avec le Maroc. Le Maroc, qui a beaucoup sacrifié au nom du bon voisinage, qui devrait faire l’objet de toute l’attention des deux pays voisins, qui devaient veiller à préserver et entretenir leurs liens avec le Royaume ».

«Maintenant que l’Espagne ne l’a pas fait, le Maroc était en droit de prendre ses aises, de sorte que l’Espagne mesure l’ampleur des maux qu’il supportait au nom du bon voisinage, et le prix qu’il paie. Elle devait également savoir que sous-estimer le Maroc se paie cher et comptant »

Et de conclure : «Madrid doit donc revoir sa politique et ses relations avec son voisin, qu’elle le considère comme il doit être considéré et qu’elle respecte ses droits comme il respecte les siens… ».

Pour rappel, le Maroc a décidé ce mardi de rappeler son ambassadrice en Espagne, Karima Benyaich, pour consultation.

Cette décision intervient après la convocation je jour même de Karima Benyaich par le ministère espagnol des affaires étrangères, pour « protester contre l’entrée massive de migrants marocains à Sebta ».

A la sortie de cette « réunion, la diplomate, citée par Europa Press, a affirmé qu’ « il y a des actes qui ont des conséquences, et il faut les assumer » .

« Il y a des attitudes qui ne peuvent êtres acceptées », a-t-elle ajouté, notant que « les relations entre pays voisins et amis doivent être fondées sur +la confiance mutuelle+, qui doit être travaillée et entretenue ».

Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans Actualités

Share This Post