echo '';
Actualités

La cronica occitana de Joan-Lois Blenet : « Democracia d’una ora »

Dans sa chronique du dimanche 23 mai, le comédien Jean-Louis Blenet porte un regard pour souligner un très certain défaut démocratique de nos collectivités.

Anam elegir a la chut-chut e sens gaire de campanha las Assembladas Regionalas e Departamentalas. Son dichas assembladas mas son puslèu cambras d’enregistrament. Es plan significatiu que se parla mai de d’eleccions daus presidents (as). Dins las collectivitats los elegits an una durada de vida coma elegits vertadièrs qu’es d’una oreta, temps d’elegir la presidéncia. Un còp aquò fach los de la majoritat venon d’executants qu’an la petarosta d’èsser executats pel President se dison o fan quicòm que li agrada pas. Atau dins las nòstras assembladas i a ges de discutidas vertadièiras mas de posturas d’oposicions.

La democracia es la separacion daus poders. E per aquò desepara lo nivèl que discutis das nòrmas (o lèis) d’aquel que las aplica. Es deseparar lo deliberatiu de l’executiu. La primièira causa que ganha una assemblada, quand ven un chic digna de se dire democratica, es aquesta deseparacion. Per aquò i a pas qu’una sola collectivitat que semble a quicòm de presentable, es la de Corsega. Aquí l’Assemblada Regionala a un President e i a un Conselh Executiu qu’a un President que met en acte la politica debatuda. Los còrses an drech a plan mai de consideracion democratica, son dignes de mai de democracia que los autres.

Perqué ? L’an volgut e demandat fèrme ! Pels autres silenci.

« Démocratie d’une heure » : la traduction 

Nous allons élire sans bruit et presque sans campagne les Assemblées Régionales et Départementales. On les appelle assemblées mais ce sont plutôt des chambres d’enregistrement. Il est d’ailleurs significatif que l’on parle davantage d’élection des présidents (es). Dans les collectivités les élus ont une durée de vie comme élus véritables qui dure une petite heure, le temps d’élire la présidence. Une fois que c’est fait ceux de la majorité deviennent des exécutants qui vivent dans la grande peur
d’être exécutés par le Président s’il disent ou font quelque chose qui déplaise. Ainsi dans nos assemblées il n’y a pas de véritables débats mais des postures d’oppositions.

La démocratie c’est la séparation des pouvoirs. Et pour cela il faut séparer le niveau qui débat des normes (ou lois) de celui qui les applique. C’est séparer le délibératif de l’exécutif. La première chose que gagne une assemblée quand elle devient un peu digne de se dire démocratique c’est justement cette séparation. De ce fait il n’y a qu’une seule collectivité qui ait l’air un peu présentable, c’est celle de Corse. Là, l’Assemblée Régionale a un Président et il y a un Conseil Exécutif qui a lui aussi un Président qui met en œuvre la politique débattue. Les corses ont droit à plus de considération démocratique, sont dignes de plus de démocratie que les autres.

Pourquoi ? Ils l’ont voulu et demandé avec détermination ! Pour les autres, silence.

Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans Actualités

Share This Post