echo '';
Economie

Forte baisse des inscrits à Pôle emploi sans activité



Forte baisse des inscrits à Pôle emploi sans activité

Publié le 25 nov. 2021 à 13:21Mis à jour le 25 nov. 2021 à 13:51

Conséquence d’un marché du travail toujours bien orienté, les statistiques du chômage telles que mesurées par Pôle emploi continuent de s’améliorer à vive allure. En octobre, le nombre de personnes inscrites auprès de l’opérateur public sans aucune activité durant le mois, rangées dans la catégorie A, a chuté de 113.500 en France hors Mayotte, pour atteindre 3,38 millions. Soit un recul de 3,3 % par rapport à septembre et de près de 11 % sur un an, qui a bénéficié à toutes les catégories d’âge.

A ce niveau, les effectifs de cette catégorie de demandeurs d’emploi, la plus scrutée, sont repassés, de peu, en dessous ce qu’ils étaient en février 2020, juste avant le premier confinement. Le terrain perdu à cause de la crise a été rattrapé, même si une telle baisse sur un mois n’est pas totalement inédite, contrairement à ce qu’a déclaré sur Twitter la ministre du Travail, Elisabeth Borne (en mai, la baisse avait été de 134.000).

Emploi plus durable

Les effectifs de la catégorie B, qui regroupent les demandeurs d’emploi ayant travaillé moins de 78 heures, se situent eux aussi à leur niveau de février 2020, même si ce n’est pas la première fois depuis. Ils avaient atteint un pic en mai mais n’ont cessé de baisser depuis (-45.700), avec 735.000 personnes concernées fin octobre.

A l’inverse, la catégorie C, celle des inscrits à Pôle emploi ayant travaillé plus de 78 heures, continue de progresser, pour frôler 1,6 million. Soit une hausse de 134.800 depuis la fin du troisième confinement, signe de l’amélioration de la qualité de l’emploi. Le record d’embauches de plus d’un mois hors intérim atteint en octobre, CDI inclus, semble le confirmer, selon les statistiques de l’Urssaf Caisse nationale .

Reprise d’emploi en hausse

Au total, ce sont 5,7 millions de personnes en recherche de travail qui étaient inscrites à Pôle emploi fin octobre, sans ou en activité. Un plus bas depuis février 2020. Les entrées dans l’une de ces trois catégories pour fin de contrat, de missions d’intérim, ruptures conventionnelles ou licenciement restent peu ou prou stables, mais en dessous de leurs moyennes d’avant crise. Stables elles aussi, les sorties pour reprise d’emploi déclarée sont à l’inverse supérieures à ce qu’elles étaient alors.

Mesuré au sens du Bureau international du travail, le BIT, le taux de chômage est ressorti à 8,1 % de la population active au troisième trimestre , stable par rapport au deuxième, pour concerner 2,4 millions de personnes. De natures totalement différentes, les statistiques de l’Insee et de Pôle emploi ne peuvent pas être comparées.



Source link

Recommander0 recommendationPublié dans Economie

Share This Post