Actualités

Des voyageurs marocains portent plainte après une arnaque Airbnb dans le Sud

Des voyageurs marocains portent plainte après une arnaque Airbnb dans le Sud

Le temps chaud au Maroc est propice pour des vacances, avec l’allègement des restrictions sanitaires et la reprise du tourisme interne. Une aubaine pour les locataires et propriétaires de Airbnb au Royaume, mais attention aux arnaques! Certains aigrefins rivalisent d’imagination pour abuser les vacanciers qui croient trouver leur bonheur sur des sites de locations en ligne ou via les réseaux sociaux. Chalets imaginaires, abus de confiance ou encore intimidation, plusieurs voyageurs marocains ont récemment fait les frais d’un arnaqueur qui promet monts et merveilles dans le Sud du Maroc. Hespress FR a récolté quelques témoignages. 

Internet est un outil parfait pour trouver une location pour les vacances sans avoir à régler des frais d’agence. Mais c’est également un espace où les escroqueries sont légion, en témoignent les nombreuses personnes qui ont été victimes d’une personne mal attentionnée.

En effet, plusieurs Marocains ne séjournent pas dans des hôtels ou des clubs de vacances, mais sont plus à l’affût de location du type Airbnb, sans passer pas une agence, préférant trouver des bons plans sur le web, là où tout a commencé pour les victimes.

À travers une publication sur un groupe de voyages sur le réseau social Facebook, nommé Locations de Vacances au Maroc, où se crée un échange entre les propriétaires et les vacanciers désireux de louer des biens afin d’y passer un séjour, nos témoins sont tombés sur un certain jeune homme se faisant appeler Chahin AR sur les réseaux sociaux qui propose des chalets sur Kabila dans le Nord du Maroc, exigeant une avance à toutes les personnes intéressées par ses services.

L’une de ses victimes avait publié sur ce même groupe son expérience avec l’arnaqueur dénonçant ses méthodes frauduleuses et son chalet imaginaire.

Ce type d’arnaque consiste à ce qu’un individu vous encourage à réserver son « incroyable logement » en envoyant un paiement par virement bancaire ou dépôt anticipé afin de recueillir l’argent sans mettre à disposition le logement annoncé.

Logement imaginaire et escroquerie

Contacté par Hespress FR, L, la jeune femme qui a tenu à garder son anonymat nous explique être entrée en contact avec la personne en question via une publication sur le groupe de voyageurs, annonçant son intention de louer deux chalets avec sa famille le week-end du 5 juin. Après avoir convenu des modalités, le jeune homme en question a exigé une avance de 2000 dirhams précisant ne pas vouloir un virement, mais un versement.

Bien que sceptique, notre interlocutrice a fait les démarches nécessaires. Une fois sur place, la jeune femme tente de joindre la personne en question afin de regagner le chalet, mais en vain. Après de nombreux appels sans succès, elle décide de demander autour, aux syndics notamment, là ou l’adresse était indiquée, mais se rend compte très vite que le chalet n’existe pas et se retrouve sans logement. Contrainte de se trouver un autre endroit où loger, la jeune femme décide d’aller porter plainte au commissariat de M’dieq.

Même son de cloche du côté de S, notre deuxième témoin, un jeune homme désireux de passer quelques jours dans le Sud avec ses amis. Il explique que l’annonceur lui a donné les mêmes dates que la victime citée ci-dessus et qu’une fois arrivé, après avoir appelé la personne en charge « au moins 300 fois » se rend compte rapidement qu’il a été piégé, après avoir également fait un versement de 1000 dirhams. À l’instar de L, notre interlocuteur s’en remettra à la police à M’dieq qui lui expliquera que tous les ans, c’est la même histoire, et que nombreux voyageurs tout comme lui sont tombés dans cette situation.

Une situation à laquelle a échappé Sofia, qui avait également fait une réservation avec son mari et sa petite fille, et deux autres couples avec des enfants. Elle explique qu’elle a fait un virement de 2000 dirhams, mais après avoir vu les publications des victimes elle a décidé de ne pas prendre le risque de se rendre sur place, particulièrement avec des enfants en bas âge. La jeune femme compte porter plainte à Rabat, là où elle habite.

Notre interlocutrice a également découvert que le faux propriétaire lui avait envoyé les photos d’un chalet à l’intérieur et d’un autre de l’extérieur, les deux issus de Airbnb, mais appartenant à une tierce personne.

Pour ce qui est de celui qui se fait appeler Chahine, ce dernier contacté par des voyageurs a nié tout ce dont il est accusé, affirmant qu’il compte à son tour porter plainte pour atteinte à l’image après la publication de sa CIN sur les réseaux sociaux. Pour l’heure, chaque partie concernée s’en remet à la justice, dans l’attente d’un remboursement.

Comment éviter les arnaques de location de vacances ?

Sur son site internet, Airbnb liste un certain nombre de précautions à prendre, la plus importante étant, encore une fois, de ne jamais sortir du site Airbnb et donc éviter d’échanger avec des particuliers sur les réseaux sociaux ou les groupes.

Ne jamais payer hors du site. « Si une personne vous envoie un message sur Airbnb pour vous demander de le contacter hors du site afin de s’arranger pour les modalités de paiement, n’essayez surtout pas de communiquer ou de régler en dehors du site. Vous pouvez signaler les personnes qui vous demandent ce genre de choses en cliquant sur le petit drapeau à côté du message en question dans le fil de discussion », recommande le site.

Il faut absolument vérifier les photos et se demander si elles correspondent à l’annonce. Dans certains cas d’annonces frauduleuses, les photos de l’hébergement de vacances ne correspondent pas au logement décrit ou appartiennent à des logements différents.

Prendre contact avec le propriétaire en lui demandant des photos supplémentaires, des détails sur l’emplacement, les commerces de proximité et surtout l’adresse exacte que vous pourrez vérifier sur Google Maps.

Incohérence, fautes d’orthographe… Si l’offre comporte trop d’erreurs, il se peut que ce soit une fausse annonce. Localisation de l’hébergement sur Google Maps / Google Earth pour vérifier que l’hébergement se trouve bien à l’adresse indiquée (à demander au préalable).

Demander à un ami de réserver la même location pour la même période en cas de doute une fois la réservation validée afin de vérifier que l’annonceur ne propose pas son bien indéfiniment à la location.

Cette fois, l’offre vous semble sérieuse et vous commencez les démarches. Le propriétaire peut vous réclamer certains documents pour prouver votre solvabilité (contrat de travail, bulletins de salaire ou encore relevé d’imposition, etc.).

Cependant, en aucun cas le loueur ne peut réclamer des documents relevant de votre vie privée (livret de famille, relevé de compte bancaire et postal, casier judiciaire, etc.). Ces documents peuvent être ensuite utilisés par des escrocs pour tromper d’autres personnes en usurpant votre identité.

Dans tous les cas, le propriétaire doit vous fournir un contrat de location. Il garantit la bonne foi de la transaction et permet d’établir un état de lieux qui servira de référence en cas de litige futur.

Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans Actualités

Share This Post