echo '';
Actualités

Coronavirus: Les Etats-Unis rejettent le moratoire sur la 3e dose du vaccin proposée par l’OMS

Coronavirus: Les Etats-Unis rejettent le moratoire sur la 3e dose du vaccin proposée par l'OMS

Les  États-Unis ont rejeté le moratoire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) concernant la 3e dose du vaccin qui va à l’encontre de l’orientation des pays riches.

Face aux grandes disparités entre les pays riches et les pays moins fortunés ou pauvres dans leur campagne de vaccination, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a réclamé mercredi un moratoire sur les doses de rappel, une nouvelle démarche vers laquelle plusieurs pays occidentaux se sont dirigés.

Dans son rôle de régulateur et de promoteur d’un accès aux soins de santé équitable dans le monde et spécialement dans le contexte de la pandémie du coronavirus, l’OMS a exhorté les pays riches à ne pas aller vers une nouvelle prescription d’une 3e dose de leurs populations déjà largement vaccinées pour laisser des chances aux pays pauvres d’avoir accès à des vaccins.

En effet, alors que les pays occidentaux ont réussi à vacciner déjà plus de la moitié de leur population ou plus, et commencent déjà à annoncer une 3e dose notamment pour les catégories de personnes les plus fragiles, comme les personnes âgées comme en Israël et en Allemagne, d’autres pays sont toujours très en retard dans la vaccination préventive.

Vent debout contre le moratoire sur la 3e dose du vaccin

« Nous avons un besoin urgent de renverser les choses: d’une majorité de vaccins allant dans les pays riches à une majorité allant dans les pays pauvres », a déclaré, mercredi, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Si les États-Unis n’ont pas pris de décision par rapport à l’administration d’une éventuelle 3e dose de rappel du vaccin anticoronavirus, le pays a été le premier à réagir et à rejeter l’appel de l’Organisation mondiale de la Santé.

La Maison-Blanche a rejeté cet appel estimant que les États-Unis n’avaient « pas besoin » de choisir entre en administrer à leurs citoyens ou en faire don à des pays pauvres, en partant du principe qu’ils peuvent faire les deux.

« C’est une fausse alternative », a déclaré Jen Psaki, porte-parole de la Maison-Blanche. « Nous pensons que nous pouvons faire les deux » et « nous n’avons pas besoin de choisir » entre administrer des rappels aux Américains ou de donner des doses de vaccins aux pays pauvres, rappelant que Washington ne s’était pas prononcé au sujet des doses de rappel.

Ces derniers jours, les États-Unis qui ont réussi à vacciner entre 60 et 70% de sa population ont commencé à soutenir plusieurs pays dans le monde en leur envoyant des doses de vaccins produits sur son sol. Un total de 100 millions de doses de vaccin anti-covid a été distribué pour les pays défavorisés, a soutenu la porte-parole de la Maison-Blanche, indiquant que c’est plus que les dons de tous les pays du monde réunis.

Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans Actualités

Share This Post