France

Pourquoi la France a donné 9 blindés « Sagaie » au Tchad

Pourquoi la France a donné 9 blindés « Sagaie » au Tchad


La France a donné samedi 23 janvier neuf ERC-90 Sagaie à l’armée tchadienne, lors d’une cérémonie officielle à N’Djamena, où la force Barkhane est installée. « Ces engins ont été fournis avec les pièces de rechange nécessaires à leur entretien, y compris des moteurs supplémentaires, ainsi que des munitions », explique l’ambassade de France au Tchad, qui précise qu’une remise en condition a été nécessaire. Douze équipages tchadiens doivent être formés par les Éléments français au Gabon (EFG) d’ici à juin 2021, avant d’éventuels déploiements.

Développés dans les années 1970, ces chars à six roues motrices sont équipés d’un canon de 90 mm et de deux mitrailleuses lourdes de 7,62 mm, et peuvent atteindre 80 à 90 km/h. Sous leurs nouvelles couleurs, ils doivent officiellement participer à la lutte contre le terrorisme au Sahel, environnement pour lequel ils ont été conçus dès l’origine.

À LIRE AUSSIEmmanuel Macron aux armées : « Il y a de quoi être fier, vraiment ! »

« Ce serait un coup de chance de faire mouche »

Mais, en face, les djihadistes alignent des 4×4 flambant neufs, achetés avec l’argent venu de pays du Golfe (du Qatar et de l’Arabie saoudite en tête), qui peuvent atteindre 130 km/h sur les pistes grâce à des moteurs V10 : ils sont des cibles insaisissables pour un blindé. « Dans ces conditions, ce serait un coup de chance de faire mouche », nous expliquait d’ailleurs un tankiste français lors d’un reportage au Tchad et au Niger en 2017. Les militaires de l’opération Barkhane utilisaient ces blindés essentiellement pour la protection des bases et faire démonstration de leur force.

ARCHIVESCeux qui sauvent nos soldats : « Mon ambulance, c’est un avion »

Pour Paris, ce don à l’utilité discutable est une aubaine. Le retrait du service des blindés Sagaie est programmé de longue date, car ils sont remplacés par des Jaguar dans le cadre du programme Scorpion.

Leur rapatriement en France aurait coûté cher, de même que leur démantèlement… Bref, malgré la bonne volonté affichée, il n’y a guère que dans les éventuelles missions de maintien de la paix auxquelles participera l’armée tchadienne, ou pour des démonstrations de force du pouvoir tchadien, que la France peut espérer une réutilisation réelle de ses blindés.

À LIRE AUSSISahel : la moitié des Français opposés à la présence française


Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans France

Share This Post