France

Peintures, statues… Ce que contient le « nouveau » Bureau ovale

Peintures, statues… Ce que contient le « nouveau » Bureau ovale


Le célèbre Resolute Desk, accessoire incontournable pour de nombreux présidents américains, n’a pas bougé. Mais, avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche ce mercredi 20 janvier, le Bureau ovale a connu une décoration en profondeur, souligne Courrier international, relayant une vidéo de NBC News. Le 46e président des États-Unis a notamment choisi d’installer des portraits et statues qui correspondent plus à ses goûts.

Si les rideaux dorés installés depuis Bill Clinton sont encore là, le sol est désormais orné d’un grand tapis bleu, sur lequel on retrouve l’aigle à tête blanche, symbole des États-Unis. C’est ensuite du côté des peintures que l’on note les plus grandes différences entre les styles mis en avant par les deux présidents. Un grand portrait de Franklin Delano Roosevelt est ainsi accroché au-dessus de la cheminée. Un choix symbolique puisqu’il s’agit du président qui avait été confronté à la Grande Dépression consécutive au krach de 1929. À ses côtés, Benjamin Franklin incarne la volonté de Joe Biden de « respecter la science ». Enfin, ceux d’Alexander Hamilton et Thomas Jefferson sont là pour rappeler « l’importance de la pluralité d’opinions dans une démocratie », souligne la chaîne américaine. En revanche, le portrait d’Andrew Jackson, associé à la déportation de milliers d’Indiens, a été retiré. Il avait été choisi par Donald Trump. Les drapeaux des différentes armées ont aussi été retirés.

« C’était important pour le président Biden d’entrer dans un Bureau ovale qui ressemblait à l’Amérique et donnait un aperçu de la direction vers laquelle il va se diriger en tant que président », souligne Ashley Williams, directrice adjointe des opérations du Bureau ovale, interrogée par le Washington Post.

À LIRE AUSSIJoe Biden, l’enfant du Delaware

Un drame diplomatique évité

Autre sujet sensible, les bustes. Joe Biden a intégré ceux représentant Martin Luther King et Rosa Parks, « deux icônes du mouvement pour les droits civiques ». Le militant latino-américain Cesar Chavez, qui a mené des luttes paysannes en Californie dans les années 1960, est aussi apparu. En revanche, le buste de Winston Churchill a disparu. Un sujet qui provoque des réactions au Royaume-Uni, souligne Le Monde. L’ancien député européen Nigel Farage, partisan de Donald Trump, a ainsi dénoncé une « gifle pour les Britanniques ». Mais, un porte-parole de Boris Johnson a tenu à tempérer les débats. « C’est bien sûr au président de décorer le Bureau ovale comme il le souhaite. »

À LIRE AUSSICette drôle d’Amérique qui attend Joe Biden

Selon Tom Newton Dunn, journaliste de Times Radio, un autre détail a disparu du Bureau ovale. Sur son compte Twitter, il raconte ainsi que Donald Trump avait fait installer un bouton plutôt particulier. Celui-ci servait à commander un… Coca Light. Au cours de son mandat, Donald Trump a régulièrement affiché son amour de la junk food. Un choix qui n’était pas uniquement une affaire de goût, mais qui n’a pas eu l’air de séduire Joe Biden.


Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans France

Share This Post