France

Le maire de Rillieux-la-Pape menacé, un mineur de 11 ans arrêté

Le maire de Rillieux-la-Pape menacé, un mineur de 11 ans arrêté


La commune de Rillieux-la-Pape, près de Lyon, a vécu une soirée difficile de violences urbaines samedi 6 mars. Ce soir-là, des véhicules ont été incendiés et des tags ont été inscrits sur des murs. Au moins un des tags menaçait directement le maire de la ville Alexandre Vincendet de décapitation. Un mineur de 11 ans a été interpellé pour ces inscriptions – d’autres étaient hostiles à la police, a annoncé mardi le procureur de la République de Lyon.

« Le 6 mars 2021, entre 14 et 15 heures, des tags anti-police et des menaces visant le maire de Rillieux-la-Pape étaient apposés par un groupe de cinq individus sur les murs du groupe scolaire et de la maison pour tous des Alagniers. Dans le temps de la commission des faits, un mineur de 11 ans était interpellé et placé en retenue judiciaire », écrit Nicolas Jacquet dans un communiqué.

À LIRE AUSSIViolences urbaines cette nuit à Rillieux-la-Pape

Évoquant de « graves menaces », le maire LR de Rillieux-la-Pape Alexandre Vincendet avait partagé sur son compte Facebook des clichés d’inscriptions tracées sur un mur indiquant notamment « La municipal on va vous brûlé » ou « le maire on va couper la tête ». Sur son compte Twitter, la police nationale du Rhône avait annoncé samedi, « après la constatation de nombreux tags injurieux », qu’un suspect avait été « récemment interpellé en flagrant délit », sans préciser son âge. Du fait précisément de son âge, le suspect fera l’objet d’une mesure alternative aux poursuites sous la forme d’une réparation pénale confiée à la protection judiciaire de la jeunesse.

Treize véhicules incendiés à Rillieux-la-Pape

À Rillieux-la-Pape, classée en janvier parmi les quartiers de « reconquête républicaine », 13 véhicules ont été incendiés vendredi, dans un contexte de violences urbaines, dans la métropole lyonnaise, parties du quartier de la Duchère.

En déplacement à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) dimanche, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait estimé que « s’il y a des violences urbaines, s’il y a des voitures qui peuvent brûler, des policiers qui sont pris à partie, des élus menacés, c’est parce (…) qu’on intervient, on démantèle chaque jour des points de deal ». Dans une autre affaire visant un élu, un mineur de 17 ans a également été interpellé et déféré au parquet lundi en vue de sa mise en examen par un juge des enfants après avoir pris à partie le maire LR du cossu 2e arrondissement de Lyon.

À LIRE AUSSIViolences urbaines : des troubles à Bron, 5 jeunes interpellés

Pierre Oliver avait rapporté au quotidien Le Progrès avoir été « insulté et menacé » samedi par une trentaine de jeunes qu’il avait surpris en plein tournage illégal d’un clip de rap dans un sous-sol de la gare Perrache. Le procureur de Lyon rappelle que « les menaces, agressions physiques ou verbales visant les maires et élus de la République sont autant d’atteintes à notre République et à notre démocratie. Le parquet de Lyon entend y apporter des réponses rapides, fermes et déterminées ».

L’ÉCOLE DES ALAGNIERS ET LA MAISON POUR TOUS DÉGRADÉES ET DE NOUVELLES MENACES DE MORT.


Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans France

Share This Post