France

Audiences : France Inter explose tous les compteurs, France Info devant NRJ

Audiences : France Inter explose tous les compteurs, France Info devant NRJ


La radio continue de souffrir. Le média a perdu près de 2 millions d’auditeurs (1,9 million exactement) en novembre et décembre 2020 par rapport à la même période de 2019, n’attirant qu’un peu plus de 40 millions de Français, selon les chiffres dévoilés ce jeudi matin par l’institut de mesure Médiamétrie. La faute au confinement et au couvre-feu des dernières semaines, après une vague de rentrée déjà difficile. Sur un an, les émissions matinales voient s’envoler 1,8 million d’auditeurs et les radios généralistes, 1,1 million de fidèles. « La radio est un média d’individualistes, c’est la double peine avec moins de déplacements en voiture et la famille regroupée à la maison », commente un professionnel du secteur. D’autres se montrent optimistes : « La radio retrouvera le chemin de la croissance dès que les Français pourront reprendre leurs habitudes », commente ainsi Constance Benqué, patronne de Lagardère News (radios Europe 1, RFM et Virgin).

Dans ce contexte de crise, une radio sort encore une fois du lot : France Inter. Elle reste la première station de France avec des scores monumentaux : une audience cumulée de 12,7 % (en très légère baisse de 0,1 point sur un an) et une très forte part d’audience, le critère retenu par les régies publicitaires, de 14,7 % (soit 2,4 points de plus). Tous les compteurs de la station dirigée par Laurence Bloch sont au vert : le 7/9 présenté par Nicolas Demorand et Léa Salamé gagne 17 000 auditeurs sur un an et presque 200 000 par rapport à la rentrée. Il réalise sa deuxième performance historique, après celle du début 2020 portée par le début de la crise du Covid-19.

À LIRE AUSSILéa Salamé : « France Inter n’est pas une radio bobo parisienne »

les auditeurs sonnent la fin du débatLaurence Bloch, directrice de France Inter

« C’est le résultat d’une construction de l’antenne brique par brique, un travail de tapisserie, de savant dosage entrepris depuis six ans pour parler à tout le monde, par exemple, en musique, aller d’Alain Souchon à Aya Nakamura. La matinale, vitrine d’Inter, joue sur ce registre du pluralisme et de la diversité de sujets, il y a comme une alchimie », se félicite Laurence Bloch. Quand on évoque avec elle les accusations récentes de Serge Nedjar, patron de CNews, de « censure » sur la radio publique, la patronne réagit : « Ce sont les auditeurs qui sonnent la fin du débat, et ils sont 6,9 millions chaque jour. Ce genre de procès vient de notre statut de leader. »

D’ailleurs, la station de Radio France accentue son avance sur RTL, qui, il n’y a pas encore très longtemps, bataillait pour la première place. RTL incarne néanmoins un second stable sur le critère de la part d’audience, important pour une radio privée comme elle, à 12,6 %. En revanche, son audience cumulée chute de 0,9 point sur un an, à 11,2 %. Régis Ravanas, directeur général des radios du groupe M6 (RTL, RTL2 et Fun Radio), insiste sur le fait que « la station clôture une année 2020 historique avec 13 % de part d’audience. Ce niveau montre la résistance du modèle éditorial de RTL, qui, dans une période trouble, reste un repère pour les Français ». Le 7 heures-9 h 30 d’Yves Calvi termine l’année avec une PDA moyenne de 14,3 %. Il porte une matinée en forme jusqu’à RTL Midi, qui faiblit. RTL Soir, présentée par Thomas Sotto, progresse à la faveur d’une simplification de son format, tandis que l’après-midi de Flavie Flament faiblit.

À LIRE AUSSIRTL : le plan d’Yves Calvi pour rattraper la matinale de France Inter

France Info chipe la 3e place à NRJ

Conséquence du reflux d’auditeurs, quasiment toutes les radios affichent un recul d’audience, plus ou moins prononcé. À l’exception notable d’une : France Info (et aussi France Musique à 2,1 d’audience cumulée, soit une progression de 0,1 point). La station publique chipe la troisième place du podium à NRJ. Elle surfe sur la demande d’informations liée à la crise sanitaire et économique et profite du travail mené depuis deux ans par Vincent Giret, désormais patron de l’information et du sport de Radio France, et Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction débauché de RTL, aujourd’hui directeur de l’antenne. Son audience cumulée bondit de 1,1 point sur un an, à 9,5 %, et sa part d’audience, de 1 point, à 4,7 %.

Derrière, la première radio musicale de France souffre énormément du manque de mobilité et donc de voitures… NRJ accuse une chute de 1,3 point, à 8,2 % d’audience. Dirigée par Jean-Emmanuel Casalta, France Bleu, dont nombre de matinales sont diffusées en régions sur France 3, est la cinquième de France, à 6,2 (contre 6,8 %). RMC, la radio d’Altice Médias, recule sensiblement, à 6,1 % d’audience, contre 7,2 % il y a un an. Juste derrière, Skyrock, plutôt stable à 6 % (6,1 %), profite de l’engouement pour les musiques dites « urbaines » (rap et pop), suivie de Nostalgie (5,2 % d’audience cumulée, contre 5,8 % l’année dernière).

Europe 1 toujours faible

Avec seulement 5 % d’audience cumulée, contre 6 % un an plus tôt, et 3,9 % de part d’audience, contre 4,5 %, Europe 1 reste au plus mal. La patronne de Lagardère News, Constance Benqué, fait valoir : « Europe 1 perd, certes, 300 000 auditeurs sur un an, mais la période avait été marquée par un gain de fidèles en raison de la grève sur France Inter. La radio gagne tout de même 70 000 auditeurs par rapport à la vague de la rentrée, avec notamment Europe Midi, de Patrick Cohen, en forte progression, tout comme Hondelatte raconte qui cartonne tant en audience classique que sur le digital. » Lors de ses vœux, Constance Benqué a souhaité à ses équipes de « redresser les audiences » et de libérer leur « créativité » afin d’assurer la rentabilité du pôle média du groupe d’Arnaud Lagardère. Cette année s’avère d’ailleurs décisive pour l’avenir de la radio : elle pourrait être rachetée par l’un des actionnaires du groupe, Vincent Bolloré et le groupe Vivendi ou Bernard Arnault et LVMH.

RTL 2 mène le groupe des « petites musicales », à 4 % d’audience cumulée (3,1 % de part d’audience, en hausse de 0,2 point), devant un duo Fun Radio et RFM à 3,6 % d’AC, en baisse, suivi par Virgin, à 3 %. À noter, enfin, la nouvelle très belle performance de France Culture, suivie par 1,7 million d’auditeurs (3,2 % d’AC et une PDA en hausse de 0,6 point à 2,7 %). « Ces nouveaux records confirment la force de notre offre », se félicite Sandrine Treiner, patronne de la station. Une nouvelle fois, les audiences de Radio France sont donc au beau fixe.


Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans France

Share This Post