France

Affaire Duhamel : Camille Kouchner ne « pardonne pas » son beau-père

Affaire Duhamel : Camille Kouchner ne « pardonne pas » son beau-père


Avec La Familia grande, Camille Kouchner s’attaque au tabou de l’inceste. Dans ce livre, paru en libraire le 7 janvier dernier, la juriste accuse son beau-père, le médiatique politologue Olivier Duhamel, d’avoir abusé sexuellement de son frère jumeau lorsqu’il était adolescent. Invitée dans l’émission La Grande Librairie mercredi 13 janvier, diffusée sur France 5, elle s’est exprimée longuement sur son ouvrage, indiquant qu’elle ne « pardonne pas » son beau-père et en évoquant notamment le silence familial qui a entouré ces atteintes sexuelles. « Personne ne vous pose de question, alors c’est facile », a-t-elle déclaré, après avoir été interrogé sur la façon dont le silence s’installe. « C’est très facile pour un enfant de confondre les choses, lorsqu’on est dans un contexte où il y a beaucoup de liberté on ne l’interroge pas », a-t-elle ajouté.

Selon Camille Kouchner, La Familia grande se révèle être un livre centré sur sa mère, la politologue Évelyne Pisier décédée en 2017, que la juriste a notamment accusé, dans une intervew au Figaro mercredi, d’avoir « minimiser » les abus sexuels d’Olivier Duhamel. « Ce livre m’a permis d’être en colère contre elle et de l’aimer immensément », a confié Camille Kouchner dans La Grande Librairie. « Je ne peux pas penser qu’elle ne savait pas le mal qu’elle faisait à ses enfants », a-t-elle ajouté, à propose de l’incompréhension de sa mère.

Maintenant je trouve que le silence, il est pour lui

Camille Kouchner pense par ailleurs qu’Olivier Duhamel échappera à un procès en raison de la prescription. Les faits dénoncés dans son livre remontent à la fin des années 1980, et ont probablement été prescrits 10 ans après la majorité de la victime, le fils de l’ancien ministre Bernard Kouchner, qui n’a jamais porté plainte et ne souhaite pas le faire. Le parquet de Paris a néanmoins ouvert une enquête préliminaire, le 5 janvier, à la veille de la parution de ce récit autobiographique.

Sur la plateau de La Grande Librairie, l’écrivaine a révélé avoir expliqué à son fils qu’Olivier Duhamel ne serait pas condamné. « Je lui ai raconté l’histoire, parce que j’écrivais le livre. Déjà ça a cette vertu-là. Il a 12 ans mon fils, et il m’a dit : OK, OK, je voyais bien qu’il y avait un truc qui allait pas, parce que tu as été quasiment élevée par quelqu’un que j’ai jamais rencontré », a-t-elle confié. « Mais donc maintenant il va être condamné ? Je lui dis : ben non. (…) Je venais de lui raconter un truc terrible (…) et je lui ai ensuite dit : eh bien non, on ne peut plus rien faire », a-t-elle ajouté.

À LIRE AUSSIInceste, prescription, rétroactivité : 3 questions sur l’affaire Duhamel

Camille Kouchner a néanmoins estimé que son beau-père était réduit au « silence » par ces accusations. « J’ai eu à me taire pendant des années, pendant 30 ans de silence. Maintenant je trouve que le silence, il est pour lui (…) Ce n’est même pas une histoire de punition, c’est juste qu’il entende que c’est impardonnable, et que ça va durer toute la vie », a-t-elle affirmé. « Il a fait un truc qui est impardonnable, impardonnable. Donc je ne lui pardonne pas », a souligné l’écrivaine. « Physiquement il ne m’a rien fait, moralement il m’a fait beaucoup de mal ». Elle a aussi appelé à ne pas s’en prendre à ceux qui savaient et se sont tus : « Je ne voudrais pas qu’on leur tombe dessus, parce qu’il y a un seul coupable ».

Lien Source

Recommander0 recommendationPublié dans France

Share This Post