Appel aux dons de conserves, farine, pâtes... La banque alimentaire lance sa grande collecte annuelle

Les responsables de ces organisations craignent cette année une baisse des dons et une augmentation des demandes avec l’inflation.

Trois jours pour lutter contre la précarité alimentaire. La collecte des banques alimentaires commence ce vendredi et dure jusqu’à dimanche. Pendant ce weekend, 130.000 personnes reconnaissables à leur gilet orange seront dispersées dans 8000 magasins pour récupérer vos dons alimentaires, redistribués aux personnes dans le besoin.

Cette année, à cause de l’inflation, les responsables s’attendent à venir en aide à davantage de personnes, et craignent dans le même temps une diminution des dons. Une crainte qu’ont également exprimé les Restos du Coeur ces dernières semaines.

« Il y a plus de gens qui ont recours à l’aide alimentaire »

« Une des conséquences de cette inflation, c’est qu’il y a plus de gens qui ont recours à l’aide alimentaire, en plus des 2,4 millions de personnes que les banques alimentaires aident » déjà, expliquait cette semaine sur BFMTV Claude Baland, président des banques alimentaires de France. Il explique avoir enregistré au cours du premier semestre 2022 une augmentation de 200.000 bénéficiaires.

Et dans le même temps « je crains que l’on donne moins, parce qu’avec l’inflation les gens vont peut-être être moins généreux. »

Dans les Bouches-du-Rhône, Gérard Gros, président de la banque alimentaire du département, explique sur BFM Marseille que la tranche des bénéficiaires qui a le plus augmenté est « effectivement celle des jeunes, des étudiants. Il faut conduire des actions spécifiques étudiants, ce qu’on essaye de faire », déclare-t-il, ajoutant que « les personnes âgées » aussi sont très touchées.

Les Banques alimentaires déclarent soutenir 500.000 personnes entre 15 et 25 ans grâce aux dons. Pour venir en aide aux jeunes dans le besoin, le gouvernement a annoncé cette semaine mobiliser 10 millions d’euros « pour l’aide alimentaire aux étudiants », soit « l’équivalent d’au moins 300.000 colis alimentaires permettant à un étudiant de se nourrir pendant une semaine », écrit le ministère de l’Enseignement supérieur.

Que peut-on donner?

« On veut donner en quantité, mais on veut donner aussi des menus à peu près équilibrés », explique Gérard Gros. « Ce qui manque le plus c’est quand même les protéines. Mais on a besoin de tout cette année: de conserves, de produits plus basiques comme l’huile, la farine, les pâtes, le riz » aussi. Les produits d’hygiène, ou pour les bébés, sont aussi les bienvenus.

Claude Baland rappelle également qu’une plateforme en ligne (monpaniersolidaire.org) existe pour faire des dons. Avec la « tendance au repli à la maison, aux commandes (en ligne), il y aura peut-être moins de gens dans les magasins. C’est pourquoi on a créé un site », explique-t-il.

La banque alimentaire souligne sur sa plateforme l’augmentation depuis plusieurs années du nombre de bénéficiaires: « en 12 ans, les Banques Alimentaires ont vu le nombre de personnes accueillies passer de 800.000 à 2,4 millions, soit une augmentation de 200%. » 

Salomé Vincendon Journaliste BFMTV

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source.

Laisser un commentaire