Salomé Vincendon
0 0
Read Time:2 Minute, 39 Second

« Les inégalités, les discriminations et différentes formes de racisme existent en France », a déclaré le ministre de l’Éducation cette semaine, dans un discours qui n’a pas plu à plusieurs élus de droite et d’extrême droite.

En France, il est difficile de parler « de questions ethno-raciales de manière nuancée », a regretté mardi le ministre français de l’Éducation Pap Ndiaye lors d’une allocution dans une université historiquement noire de Washington. Face à un panel d’étudiants majoritairement afro-américains, le ministre, en visite aux États-Unis en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, a repris ses habits d’universitaire, décrivant les différences entre la France et les États-Unis en matière de lutte contre le racisme.

« L’État français est officiellement indifférent à la couleur de peau », a rappelé cet historien, spécialiste des minorités américaines, qui est lui-même de père sénégalais et de mère française.

« C’est une belle idée, bien sûr, (…) mais la réalité impose une approche plus concrète », a-t-il poursuivi en relevant, dans un anglais courant, que « les inégalités, les discriminations et différentes formes de racisme existent en France ».

« Le concept de race reste très sensible en France »

Pour s’y attaquer « efficacement » dans le monde de l’éducation, il faut « identifier les quartiers les plus pauvres et investir davantage dans leurs écoles », a-t-il estimé. Cette réponse « met clairement l’accent sur les inégalités sociales » parce que « le concept de race reste très sensible en France », a-t-il relevé, face à des étudiants habitués, à l’inverse, aux politiques ciblées sur la base de statistiques ethniques.

Une pratique impensable en France, où « les organisations d’extrême droite sont puissantes actuellement » et où il est, selon lui, « difficile d’affronter de manière nuancée les questions ethno-raciales ». « Je peux attester du prix à payer quand on ose en parler », a poursuivi le ministre, qui a été accusé par le Rassemblement national d’être « un militant racialiste ».

Mais, a-t-il assuré, « cela ne nous empêchera pas de travailler activement pour développer une culture plus inclusive dans nos écoles, pour que personne ne s’y sente exclu à cause de son genre ou de sa couleur de peau ».

« Les Français ne sont pas racistes ! »

Après l’intervention de Pap Ndiaye, la droite et l’extrême droite ont fermement critiqué les propos du ministre de l’Éducation. Parlant de « délire communautariste », le député européen Les Républicains François-Xavier Bellamy écrit que « le ‘concept de race’ n’est pas ‘sensible’ en France, il est tout simplement contraire à ce qui fonde notre pays ».

Pap Ndiaye « ferait mieux de s’occuper des lycéens qui, en France, n’ont pas de cours de Français depuis janvier », fustige de con côté le député européen Reconquête Gilber Collard.

« Il parle de race » alors que « la France est universaliste, elle méconnaît et ignore superbement les races, ce monsieur tient un discours qui relève les races, c’est un discours au minimum racialiste », a de son côté déclaré sur CNews le président de Reconquête Éric Zemmour. « Non, monsieur le Ministre, les Français ne sont pas racistes ! », écrit sur Twitter le sénateur LR Bruno Retailleau, demandant à la Première ministre de désavouer le ministre de l’Éducation.

Salomé Vincendon avec AFP Journaliste BFMTV

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire