Qui sont les six candidats Ensemble à se présenter pour la présidence de l'Assemblée nationale?
0 0
Read Time:7 Minute, 51 Second

Un texte « sur l’urgence sociale » déposé « dès la semaine prochaine » par les insoumis à l’Assemblée, selon Bompard

Manuel Bompard a signalé sur franceinfo que le groupe des insoumis à l’Assemblée nationale présenterait « dès la semaine prochaine » une proposition de loi portant sur « l’urgence sociale ».

Il en a fixé les trois grands axes:  » 1. Le blocage des prix sur les produits de première nécessité. 2. L’augmentation du SMIC à 1500€. 3. La possibilité d’encadrer les loyers ».

« C’est la base »: pour Manuel Bompard, Elisabeth Borne doit se soumettre à un vote de confiance

Manuel Bompard a aussi évoqué le sort d’Elisabeth Borne, déjà si fragilisée à Matignon. S’alignant sur la position de sa famille politique, il a une nouvelle fois demandé à la Première ministre de venir s’assurer du soutien des députés.

« Elle doit se soumettre à un vote de confiance« , a-t-il martelé, qui a encore jugé: « ça me paraît être la base ».

La France insoumise pourrait proposer une motion de défiance si la cheffe du gouvernement se refusait à solliciter cette confiance. « On y serait sans doute contraints », a-t-il observé.

Manuel Bompard s’est aussi interrogé à voix haute: « Je ne comprends pas comment la Première ministre peut aller devant l’Assemblée et leur dire ‘je ne vais pas demander votre avis’ ».

Pour Manuel Bompard, Jean-Luc Mélenchon ne « s’effacera pas »

Il n’est plus député depuis lundi soir minuit, et n’est – à ce stade en tout cas – plus candidat à rien. Sur le papier, si ce n’est pas la retraite, ça y ressemble pour Jean-Luc Mélenchon. Sur France Inter, celui qui lui a succédé dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, Manuel Bompard, a toutefois écarté cette éventualité.

« Il ne s’effacera pas, c’est pas demain que vous allez le mettre à la retraite », a-t-il déclaré.

Est-il toujours la « boussole » des insoumis ? « Clairement ! Il a été notre candidat trois fois à la présidentielle, notre figure de proue, il reste une référence mais ça n’écrase pas et n’empêche pas les autres d’émerger », a rétorqué Manuel Bompard.

Polémique autour de Rachel Keke: « Je suis fier qu’elle soit dans notre groupe », déclare Manuel Bompard

La nouvelle députée Nupes, élue dans le Val-de-Marne, Rachel Keke est au milieu d’une controverse après que des messages passés favorables au FN sont remontés à la surface. Elle a expliqué ces messages par la formation tardive de sa conscience politique, qu’elle a daté de son mouvement de grève à l’hôtel Ibis des Batignolles à compter de 2019. Interrogé à ce sujet, Manuel Bompard a indiqué « la croire ».

« Et il est positif qu’on puisse changer d’avis en démocratie », a-t-il ajouté.

« Je suis fier qu’elle soit dans notre groupe », a-t-il encore souligné.

Un vote commun dans « l’immense majorité des cas » et « quelques divergences »: l’avenir de la Nupes à l’Assemblée selon Bompard

Pas de groupe Nupes commun au Palais-Bourbon, donc. Manuel Bompard a clarifié les relations à venir au sein de l’intergroupe:

« On aura des discussions pour nous harmoniser. Dans l’immense majorité des cas on votera de la même manière et quelques fois il y aura des divergences ».  

Il a en revanche indiqué que la Nupes proposerait « des candidatures communes aux fonctions de l’Assemblée ».

S’agissant de la présidence de la Commission des Finances, traditionnellement dévolue à l’opposition, il a indiqué que son courant politique songeait à pousser la candidature d’Eric Coquerel.

Une hausse des retraites de 4%? « Insuffisant » pour l’insoumis Manuel Bompard

Manuel Bompard, député Nupes – France insoumise élu dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône. Alors qu’au chapitre du pouvoir d’achat, on évoque une hausse de 4% des pensions de retraite, il a jugé le chiffre insuffisant.

Il a ainsi dénoncé une « hausse de 4% qui ne serait qu’à la hauteur de l’inflation ». « Je suis pour que la hausse soit supérieure », a-t-il poursuivi.

EELV dans une coalition ? « Je ne ferme la porte à rien car le président n’a parlé de rien », ironise Jadot

Alors qu’Emmanuel Macron est parti à Bruxelles en indiquant dans une allocution son désir d’« élargir » sa majorité « d’action », ouvrant la voie àune coalition, y compris gouvernementale, Yannick Jadot a été interrogé sur la possibilité de voir les écologistes intégrer éventuellement l’exécutif.

Le leader d’EELV a semblé écarter cette hypothèse. Car s’il a dit « ne fermer la porte à rien », il a apporté une explication ironique à sa position: « Car le président n’a parlé de rien ! »

« Continuer à travailler ensemble et dans la diversité »: Jadot évoque l’avenir de la Nupes

Il n’y aura donc pas de groupe Nupes commun à l’Assemblée. L’eurodéputé Yannick Jadot a évoqué la situation ce matin sur France Inter. Il a d’abord salué:

« La Nupes a doublé le nombre de parlementaires écologistes à l’Assemblée. C’est un succès de ce point de vue ».

Il a d’ailleurs mis ce succès sur le compte du « talent » de Jean-Luc Mélenchon. Il a toutefois ajouté: « Mais on est à la moitié de la majorité absolue ».

Il a appelé de ses voeux: « On va devoir continuer à travailler ensemble tout en faisant vivre notre diversité ».

« Je le trouve sec, ce président »: Jadot attaque un Macron « sans projet »

L’écologiste Yannick Jadot est l’invité de France Inter ce matin. S’il a dit le groupe EELV à l’Assemblée nationale « prêt à des compromis » éventuels avec l’exécutif, il a lancé:

« Il est sec, ce président. Il ne sait plus ce qu’il veut pour le pays. » Il a enchaîné: « Il n’a ni projet, ni majorité. Il a perdu sa boussole en étant très ambiguë sur le RN ».

« Le peuple a dit qu’il fallait changer la méthode de gouvernement de ce pays », a-t-il estimé: « Restera-t-il arc-bouté sur son pouvoir ? »

Critiques de Borne contre le RN: « Elle doit prendre acte du choix des Français », estime Chenu

Sébastien Chenu est revenu sur les critiques de la Première ministre contre le RN, dont elle a remis en cause le républicanisme:

« Elle doit prendre acte de la décision des Français, que ça lui plaise ou non. C’est un débat dépassé ». 

« Elle doit cesser d’être un fantôme et elle va nous respecter car nous représentons des millions de Français », a-t-il encore attaqué.

« Macron ne veut pas assumer son échec », tacle Chenu

Sébastien Chenu, député RN élu dans le Nord, porte-parole de son parti et candiadat du mouvement au « perchoir » est l’invité de CNews ce matin.

« Emmanuel Macron ne veut pas assumer son échec et renvoie à ses oppositions », a-t-il tancé d’entrée.

Il a alors exigé: « Il doit nous dire ce qu’il propose aux Français, changer de braquet, notamment sur le pouvoir d’achat, retirer la réforme des retraites, aller plus loin sur l’immigration ».

Borne ne se « pose pas de questions » quant à son avenir à Matignon

La Première ministre Elisabeth Borne a affirmé jeudi soir sur LCI ne pas se « poser de questions » quant à son avenir à Matignon, malgré les appels à la démission formulés par l’opposition. Interrogée quant au fait qu’elle serait « en sursis », elle a répondu:

« Je ne suis pas en train de me poser ce genre de questions, je suis à l’action ».

Plus de la moitié des Français veulent un changement de Premier ministre, selon un sondage

Un sondage Odoxa pour Le Figaro indique ce jeudi que près de trois Français sur quatre (70%) considèrent qu’Emmanuel Macron porte la responsabilité de la situation politique à l’issue des élections législatives.

Pour 57% des Français, il n’a pas d’autre solution que de changer de Premier ministre pour sortir de la crise.

En outre, 83% des Français estiment qu’Emmanuel Macron ressort affaibli de ces élections législatives, et 76% pensent qu’il sera empêché de mettre en oeuvre son programme.

Présidence de la commission des finances: Borne affirme que les députés de la majorité ne prendront pas part au vote

Élisabeth Borne a affirmé ce jeudi soir sur LCI que « les députés de la majorité respecteront la tradition de ne pas prendre part au vote » pour la présidence de la commission des finances à l’Assemblée.

Bompard, Braun-Pivet, Rabault… Ces visages qui veulent peser davantage à l’Assemblée Nationale

Nouvellement élu président de groupe, postulant à la commission des Finances… Plusieurs figures de la nouvelle Assemblée nationale vont ou pourraient jouer des rôles prépondérants dans la nouvelle mandature à venir.

>> On fait le point sur ces députés à suivre durant les cinq prochaines années

Au Conseil national du PS, Olivier Faure défend son « pari fou » face « aux éléphants »

« À suivre les éléphants, nous aurions pu partir au cimetière ». Le Premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure a défendu ce jeudi soir son « pari fou » du rassemblement au sein de la Nupes, qui était rejeté par de nombreuses figures du parti.

« J’ai tout entendu, j’ai aussi tout supporté. Avec vous, j’ai gagné ce pari fou de faire plus avec moins », a-t-il déclaré.

Le groupe socialiste à l’Assemblée « sera composé de plus de trente députés », contre 27 dans la précédente mandature, a indiqué Pierre Jouvet, secrétaire national, affirmant que « sans le rassemblement, nous n’aurions pas pu entrer à l’Assemblée avec plus de 5 ou 6 députés », au vu du résultat de la présidentielle, où la candidate socialiste Anne Hidalgo avait obtenu 1,7% des voix.

>> Notre article complet

Bonjour à tous!

Bienvenue dans ce direct consacré au suivi de l’actualité politique de ce vendredi 24 juin.

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire